Des courses de poneys à l’entraînement de champions

Une vocation précoce

L’amour des chevaux, Yannick Fertillet l’a hérité de son père. En effet, la passion des courses de chevaux se transmet de génération en génération chez les Fertillet, et Yannick n’a pas dérogé à cette règle en choisissant de rester dans la tradition familiale.
A neuf ans il fait ses débuts en tant que véritable cavalier, en participant à ses premières courses. Il ne lui faudra pas longtemps pour remporter sa première victoire au Temple de Bretagne.
A seize ans, profitant du permis d’entraîneur de son grand-père, il monte sa première course en gentleman.
A 18 ans, il part au service national, et rejoint le bataillon de Joinville, à Fontainebleau, mais toujours dans l’équitation, section Courses.

La volonté de réussir

A 21 ans il obtient son propre permis d’entraîner, et devient ainsi le plus jeune entraîneur public de France.
1985, première victoire en tant qu’entraineur cette fois, avec Ghost, ce qui lui permet d’acheter son premier cheval : Rhasalague. C’est avec cette monture dont il est à la fois jockey, propriétaire et entraîneur qu’il gagnera par la suite de nombreuses courses.
Fort d’un nombre impressionnant de victoires avec Rhasalague, il peut créer une infrastructure professionnelle au Creuset, à coté de Nozay (Loire-Atlantique), sur les terres de la ferme familiale qu’il a racheté en 1984. Des trente hectares d’origine le centre d’entrainement est passé désormais de plus de cent hectares dotés d’installations très performantes.
En mai 1985, lors de l’année de son installation, il a déjà un palmarès de vingt-quatre victoires ! 
Il gagne son premier Derby en 1987, avec Police Run.
 Dix ans plus tard, en 1997, il remporte le Grand steeple-chase de Merano en Italie (GR 1) avec Noméo, à la fois comme entraîneur et propriétaire, ce qui lui vaudra alors une prime de plus d’un million de francs. En seulement deux mois et demi, ce cheval impressionnant gagnera un grand prix et trois steeple-chase !
Depuis 1997, on ne compte plus le nombre de courses qu’a remporté l’effectif du centre d’entrainement, comme celles de Cagnes-sur-mer, et bien d’autres encore. Yannick Fertillet règne aujourd’hui sur un centre d’entraînement qui dispose de la bagatelle de cent boxes. Il dispose également à Cagnes-sur-mer de trente-cinq places pour les meetings.


Le choix de la fidélité

Yannick Fertillet tient à tisser des liens privilégiés avec ses propriétaires et ses partenaires. Certaines casaques présentes lors de la création du centre d’entrainement sont toujours là ; et leurs propriétaires entretiennent une relation particulière avec Yannick Fertillet. Mr Goizet, par exemple, premier à faire confiance à l’entrainement Fertillet n’a jamais dérogé : il est encore là aujourd’hui.


La relève

Yannick Fertillet est fier à l’idée que son fils, Pierre, âgé de 21 ans, diplomé en Juin 2012 d’un BTS Gestion, reprenne les rênes de l’entreprise poursuivant ainsi la tradition familiale.
Egalement passionné de chevaux de course, il possède sa licence de gentleman et a d’ores et déjà participé à près de deux cents courses avec succès. Féru de compétition, il ambitionne de reprendre le centre d’entraînement à Chantilly.